Windjammers 2, Streets of Rage 4 : DotEmu veut en imposer aux nostalgiques !
0

Windjammers 2, Streets of Rage 4 : DotEmu veut en imposer aux nostalgiques !

Août 28 vaggarath  

Depuis plusieurs années maintenant, DotEmu a fait de son fond de commerce la… « refonte » des jeux les plus anciens, qui ont bercés l’adolescence de nous autres trentenaires et quarantenaires. Pour le mieux, mais tellement plus souvent pour le pire… Ils ont tablé sur des titres très connus des occidentaux comme Wonderboy et Heroes of Might and Magic III. Mais aussi ceux que l’on a surtout connus en émulation, comme Metal Slug ou encore Garou Mark of the Wolves. Ici, je vais vous parler de Windjammers 2 et Streets of Rage 4.

DotEmu

En cette fin de mois d’août 2018, le studio français DotEmu a fait deux annonces qui en imposent aux nostalgiques ! La première concernait Windjammers 2, suite du jeu légendaire de lancer de disque ! Les fans pourront donc retrouver cet univers particulier composé d’animations 2D entièrement dessinées à la main ! La seconde annonce concerne le jeu de combats Streets of Rage 4.  Ce titre sera une nouvelle suite pour l’iconique série SEGA du genre « arcade brawler ». Ce sera donc prochainement le retour des combats radicaux, des gants et des bandanas !

 

Streets of Rage 4

Streets of Rage 4 - DotEmu

Alors avant de commencer, beat’em up ou beat’em all ? On s’en fout et j’utiliserai le premier qui me vient à l’esprit, parce que je ne tiens pas à faire de jaloux. Sorti au début des années 90 sur la Mega-Drive, Streets of Rage – ou SoR – est donc un beat’em all. On progresse, de profil, de tableau en tableau, sur différents niveaux de profondeur. Le scénario tenait sur un timbre poste… En effet, Axel, Blaze et Adam sont trois jeunes policiers qui veulent éradiquer la vermine punk qui pollue leur ville. Et voilà ! Néanmoins, le jeu était un incontournable pour l’époque.

Beat’em up dans la lignée de Final Fight on pouvait jouer seul ou à deux. Comme je le disais, les graphismes étaient, pour l’époque, tout à fait splendides. De plus, les trois personnages proposaient chacun leur propre palette de coups pour tatanner le tout-venant. Il était également possible de ramasser des objets : couteaux et tessons de bouteilles sont les premiers à me venir à l’esprit, à brûle-pourpoint. Enfin, on pouvait appeler une voiture de collègues à la rescousse qui, sans prendre la peine de descendre de la bagnole, sortaient littéralement un bazooka pour arroser vos ennemis ! Ouais, les années 90, c’était une sale guerre…

 

 

Comme on peut le voir dans la vidéo – et pour reprendre l’analyse très juste d’un ami – le design d’Axel nous prouve qu’il vient de passer les 20 dernières années dans des ruelles dégueulasses à tabasser du punk à chien ! Outre la récupération d’un titre emblématique de Sega, DotEmu montre clairement qu’ils vont faire revivre la légende de SoR et lui redonner ses titres de noblesses. Du moins, on l’espère.

 

Windjammers 2

Windjammers2

Windjammers, pour vous le présenter rapidement, est un jeu de frisbee hardcore. Sortie initialement sur Neo-Geo ce jeu a surtout été connu en émulation. Pourquoi ? Parce qu’à l’époque, la Neo-geo était considérée comme la console « des riches ». Peu de jeunes pouvaient se la permettre. Pour vous donner une idée, un jeu valait pas loin du prix d’une console de l’époque ! Par exemple, ma première Playstation, dans les années 90, m’avait coûtée 1000 francs, d’occasion. Soit moins cher qu’une cartouche Neo-geo qui était entre 1000 et 1500 francs ! Non, ceci n’est pas une blague…

Du 1v1 au 2v2, les joueurs devaient essayer de marquer dans le but adverse. Bien-sûr, ce n’est pas si simple ! Les personnages ne sont pas juste des athlètes, ce sont des supers saiyans, capables de donner les effets les plus improbables au frisbee ! Triple tours, roulade sur la tranche en l’enflammant par sa volonté – ou le frottement de l’air… A ce stade, je ne tiens même pas à savoir. Ce jeu était et est toujours très apprécié. Il possède sa propre communauté et des tournois sont encore organisés dessus.

 

 

Encore une fois, une bande-annonce très colorée et cartoonesque. DotEmu ne prend pas de risque.

 

À quoi s’attendre ?

Si on ne se basait que sur l’un de leur dernier titre qu’est Wonderboy, on pourrait dire : au mieux. Si on se base sur l’ensemble de leur catalogue, on dira clairement : au pire ! Un de leur remake, celui de Heroes of Might and Magic, fut le premier à me faire faire un avis de rage sur Steam. Il faut le savoir : les gars de chez DotEmu sont de sales malhonnêtes, à qui je promets des choses encore plus sales si je devais les croiser.

Encore aujourd’hui, leur façon de procéder est de récupérer une licence injustement oubliée, mais toujours aimée. Puis, de lui donner une compatibilité pour les bécanes d’aujourd’hui. Jusque là, ok ! Mais, ils s’amusent à garder la même résolution que l’époque… souvent du 800*600. Et mettent de grosses bannières aux couleurs du jeu sur les cotés. Et ils ont le culot de dire : « hey, hey ! C’est une refonte HD ! Vous allez voir, c’est aussi beau que les 20 euros qu’on va vous prendre en traître, parce qu’on sait que vous avez aimé ce jeu ! »

 

Adaptation ou émulation…

Je le dis très sérieusement, car je suis un imbécile qui a eu du mal à retenir sa leçon. Leurs adaptations ne valent absolument pas mieux que les versions sur émulateur ! Dans le cas de certains jeux, elles sont en deçà des versions sur émulateur. Sérieusement ? Sérieusement ! Les émulateurs d’aujourd’hui – je ne devrais pas le dire – permettent tellement de customisations graphiques qu’on obtient facilement bien mieux ! Et le plus drôle n’est même pas là : les émulateurs permettent aussi de jouer en réseau à ces même jeux.

La seule chose qui peut nous faire espérer, c’est que DotEmu propose une suite et non une refonte. Donc, une version from scratch et pas seulement un bête portage d’une version console. Alors, le cas cité précédemment, Wonderboy, prouve qu’ils savent créer de bons jeux quand l’appel du portefeuille se fait entendre !

 

 

Note : je ne tiens pas à faire l’apologie de l’émulation. Et je veux rappeler une règle importante que beaucoup ignorent ou choisissent d’ignorer : l’émulation est illégale, même si on possède le jeu original !

A propos de vaggarath