Battlefield 5 : notre hands-on du jeu à la Gamescom 2018
0

Battlefield 5 : notre hands-on du jeu à la Gamescom 2018

Sep 08 Crazy  

Pour la Gamescom 2018, nous avons eu la joie d’être invité sur le stand d’Electronic Arts, notamment pour tester Battlefield 5. Depuis, le jeu est accessible en bêta, pour ceux qui auraient précommandé le nouvel opus de la licence. Sa date de sortie a été repoussée d’un mois, et finalement, Battlefield 5 sortira le 20 novembre 2018 sur PC, Playstation 4 et Xbox One. Alors, pour tous ceux qui ne l’ont pas précommandé et qui n’y ont donc pas accès, voici notre hands-on du jeu à la Gamescom 2018 !

Battlefield 5

Association multigaming que nous sommes, nous avons eu le privilège d’être invité à la bêta de Battlefield 5 lors de la Gamescom 2018. Après un copieux petit déjeuner offert par les organisateurs, Crazy a pu prendre en main le prochain opus de la licence Battlefield. C’est un hands-on d’un peu moins de deux heures dans les rues de Rotterdam qui lui a été proposé par Electronics Arts. Ainsi, elle a eu le temps d’apprécier les différentes fonctionnalités proposées aux joueurs, le gameplay et le travail réalisé sur les décors. Bref, voici son test de Battlefield 5, réalisé à la Gamescom 2018 !

 

Notre hands-on de Battlefield 5 à la Gamescom 2018

Battlefield 5Mon poste de test et mon avatar allemand. On remarquera les jolis écrans Republic of Gamers.

Je dois malheureusement vous prévenir tout de suite : les FPS, ce n’est pas mon truc ! Ce n’est pas que je sois une grande pacifiste, juste que je ne suis pas très douée pour ça. Pourtant, j’aime les FPRPG, mais ce n’est pas tout à fait pareil… Mais le fait est que j’étais sur place et j’avais accès à la bêta de Battlefield 5. Celle-ci a duré un peu moins de deux heures, tout de même ! Alors, j’ai retroussé mes manches, j’ai attrapé mon fusil d’assaut (virtuel) et je suis allée combattre pour « mon » pays dans les rues de Rotterdam…

Mes débuts ont été difficiles, à cause de mon inexpérience en la matière. J’ai mis un peu de temps à prendre les contrôles en main. Certains sont classiques, comme le tir, la visée et le déplacement. Mais d’autres commandes sont plus spécifiques. Et je n’ai pas l’habitude de devoir repérer un adversaire purement par son mouvement, et pas parce qu’il aurait un point de couleur au-dessus de la tête, comme mes alliés. Bref, je me suis fait tuer au bout de trente secondes ! Heureusement, en attendant d’avoir le droit de respawner, le jeu permet de « suivre » un autre joueur de mon escouade, et même de respawner sur lui tant qu’il n’est pas en combat.

 

Une configuration puissante

Les gens d’EA avaient prévu que chaque machine possède un clavier ET une manette. Ainsi, les joueurs pouvaient choisir leur périphérique préféré. Au niveau de la configuration, nous étions sur de belles machines de compétition, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

  • CPU : Intel Core i7 8700K
  • CGU : NVIDIA GeGorce GTX 1080 Ti
  • RAM : 16 GB dDDR4 Crucial Sport LT
  • Ecran : ROG STRIX Z370-F Gaming (2560×1440 pixels)
  • Souris : Logitech G Pro
  • Clavier : Logitech G512
  • Casque : Logitech G Pro

 

Déroulement du test de Battlefield 5

Battlefield 5L’interface de respawn, pendant que je suis un des membres de mon escouade (côté anglais).

Pour la première partie du test de Battlefield 5, le hasard a fait que je joue les Allemands. Par inexpérience, et l’absence de tout semblant de tutoriel (ce n’est pas que de ma faute), j’ai joué la classe par défaut qui m’était proposée. Le troufion de base, je suppose ! Ce n’est qu’à la fin que j’ai réalisé que j’aurais pu choisir une autre option (sniper, médic…). Tant pis, j’ai fait au mieux avec ce que j’avais ! J’ai pu observer (en respawnant) qu’on pouvait apparemment personnaliser un peu son personnage. On peut donc choisir son genre et différentes ethnies sont disponibles… Quoique, il y a sûrement moins de choix sur ce dernier point si on joue Allemand, j’imagine. Ça fait un peu « politiquement correct » à mon goût, pour un jeu qui se veut historique !

La mission, donc, est de capturer cinq points répartis dans les rues de Rotterdam. Ca nous est présenté comme une mission d’attaque vs défense… Mais en pratique, je constate que l’ennemi a le même but que nous, alors que je pensais leur reprendre des lieux stratégiques qui leur appartenaient déjà ! Puisque mon avatar a passé un certain temps allongé par terre, après s’être fait massacrer, j’ai pu profiter des décors et de l’ambiance visuelle.

 

Rotterdam, côté allemand

Battlefield 5Rotterdam, vue du côté allemand.

La carte reprend censément celle du quartier historique, où a eu lieu la bataille irl. Les bâtiments ne sont pas exactement les mêmes qu’en réalité, mais on retrouve tout de même le style architectural hollandais. De hautes maisons étroites, aux façades colorées avec un sommet « en escalier ». Certains éléments peuvent être détruits, depuis les vitres des véhicules jusqu’aux escaliers de la station de train… Et aux wagons eux-mêmes. Mais je n’ai pas pu tester jusqu’à quel point, n’ayant pas pu essayer de piloter les quelques tanks qui étaient à notre disposition. Bien sûr, quelques défauts sont à noter.

D’abord, certains éléments de « décor » (vieux papiers, pigeons…) sont mobiles et attirent l’oeil inutilement… Trop souvent, surtout ! J’imagine que, paradoxalement, ils doivent disparaître ou être moins gênants si l’on joue avec une moins bonne définition d’écran. Ensuite, mais cela vient probablement du matériel et non du jeu, l’absence de son directionnel. J’ai regretté de ne pas pouvoir entendre avec un peu de précision d’où venaient les tirs et les bruits de pas. OK, on peut les voir apparaître, via un symbole temporaire sur la carte, mais ce n’est pas pareil et c’est moins immersif.

Enfin, les voix qui annoncent « le point Alpha a été pris ! » et autres informations stratégiques ont un accent prononcé qui n’est pas toujours évident pour quelqu’un dont ce n’est pas la langue maternelle. En plus, cela aurait été plus parlant d’utiliser les mêmes noms que sur la carte (ABCDE)… Ou alors, les vrais noms des emplacements ! Par exemple, « la Gare » ou « les Docks ».

 

Bataille, côté allemand

Battlefield 5Une de mes nombreuses morts… Notez le mécanisme qui permet de demander de l’aide à un camarade ou d’abandonner pour respawner
J’ai pu tester aussi dans l’autre sens, en rezzant un de mes alliés tombés, alors que je n’étais pas Médic.

Pour ce qui est de l’organisation des batailles, nous étions deux groupes d’une quinzaine de joueurs, subdivisés en escouades de quatre, avec un « chef » (pré-déterminé dans le cadre pour la démo). Celui-ci a accès a des capacités spéciales, comme déclencher un raid aérien sur sa position. Attention, il faut penser à se mettre à couvert ! Il peut aussi summoner un tank.  Pour information, le maximum pour les batailles semble être deux équipes de 32 joueurs.

Après quarante minutes de combat acharné, la partie s’est terminée par une victoire des Anglais, aux points. Elle aurait pu se finir plus tôt si l’un des deux camps avait pu tenir les cinq points stratégiques à la fois. Mais ça n’a pas été le cas ! Pour ma part, si j’avais probablement le score le plus mauvais de mon équipe, j’ai tout de même réussi à tuer deux ennemis qui ne m’avaient pas vue venir… Mon honneur est sauf ! Et donc… changement de camp !

 

Rotterdam, côté anglais

Battlefield 5Rotterdam, vue du côté anglais – depuis un wagon de tram abandonné.

La mission, donc est toujours la même. Cependant, on ne commence pas dans un lieu exposé, comme les Allemands près des docks. Ainsi, les Anglais sont en ville, en-dessous de la station de train « aérienne »… ce qui me convient mieux ! En conséquence, plutôt que de courir partout et de me faire buter par des gens que je n’aurais pas vus, je me suis installée dans un wagon de tram abandonné, à proximité de la gare, en embuscade. Et oui, si j’avais su, j’aurais pris la classe Sniper ! Tant pis, je suis restée en troufion… Au passage, je crois que mon armement était identique à celui de mon homologue allemand. J’aurais préféré quelque chose de différent et de plus correct historiquement.

 

Tableau des scores

Battlefield 5C’est pas monstrueux, mais au moins, j’ai pas fait dernière !

J’ai un peu mieux joué côté anglais. J’ai fait un meilleur score et me suis un peu moins fait tuer cette fois-ci ! Cependant, mon tram s’est fait démolir plusieurs fois, avec moi dedans… Encore une fois, les Anglais ont gagné au temps, avec le score hyper-serré de 158 points à 156. En conclusion, je n’ai pas passé un si mauvais moment ! Le jeu est fluide, visuellement réussi. Alors, certes, nous avions des ordinateurs particulièrement puissants, il faut en tenir compte. En tout cas, le jeu est certainement assez réaliste pour plaire aux fans de jeux historiques, en plus des aficionados des FPS !

 

>> Précommander BATTLEFIELD 5 moins cher chez Instant Gaming <<

Crazy

A propos de Crazy

Rédactrice, correctrice et envoyée spéciale dans les contrées où il faut parler anglais. Grammar nazi sur les bords, fan absolue de Guild Wars 2 et fondatrice du Gragas Fan Club.

Laissez un commentaire

Tapez votre nom
Tapez votre email
site iternet
Tapez votre commentaire