Battlefield 5 : Fureur se la joue Band of Baguette !
0

Battlefield 5 : Fureur se la joue Band of Baguette !

Nov 28 viking violet  

Une fois de plus, la team roquette s’envole… Euh non, pardon, DICE et EA nous dévoilent un tout nouveau volet de leur jeu Battlefield.  Nous nous sommes donc empressés de prendre notre abonnement Origin Access à 14,99 euros obligatoire pour pouvoir jouer en avant première (LOL).

 

Battlefield 5,  jouable depuis le 9 novembre en avant-première,  nous emmène dans les débuts de la seconde guerre mondiale. Jusque là, rien de bien neuf : les Alliés cartouchent les forces de l’Axe et vice versa ! Voici donc nos impressions après quelques semaines de jeu !

 

BATTLEFIELD 5 : DES GRAPHISMES INCROYABLES

Damn ! Mon caribou, j’m’en câlisse, c’est fucking beautiful ! Oui, le jeu est vraiment beau et cela même en low. Je ne parle pas du skill ici… quoique. Ça tourne relativement bien, même sur des configurations modestes, ce qui fait un bien fou au milieu de toutes ces early-access non optimisés qui « désync » plus fort que la fesse gauche vers la fesse droite de Kardachiante. Il vous faudra néanmoins un bon coucou pour apprécier le jeu dans sa configuration ultime, car celle-ci vaut réellement le détour dans les cartes enneigées, je peux vous l’assurer !

 

LE GAMEPLAY

On est bien sur un Battlefield. Pas de surprise côté prise en main pour les plus chevronnés du genre. Cependant, il faudra certainement un temps d’acclimatation pour les noo… néophytes. Pour les classes, elles sont toujours au nombre de quatre : assaut, médecin, soutien et éclaireur. Tout ce beau petit monde est customisable, tant sur la cosmétique que sur la façon de le jouer.

Le jeu est bien rythmé : ça bouge, ça tire, ça vole, ça roule, ça explose, ça s’écroule… dans tous les sens ! Et on voit nettement le changement sur la carte des combats, ce qui renforce l’immersion. Les petits ajouts apportés au jeu sont également appréciables, comme le le fait de pouvoir ramasser des munitions sur les cadavres fumant des adversaires. Ou encore les trousses de soins qui permettent un self-heal, au cas où le pote médecin se touche la seringue dans un coin de porte. Mais aussi l’action de pouvoir relever les copains qui ont mordu la poussière, et ce, même si on est pas médecin. Evidemment, la capacité de plonger dans toutes les directions à la Matrix et devenir un vrai Néo (… nazi , pas fait exprès celle là), la course accroupi et pouvoir rattraper les grenades en l’air puis tirer dedans pour qu’elles explosent sont un vrai plaisir !

 

LES FORTIFICATIONS

Battlefield 5 intègre un important changements dans le gameplay que l’on connait de la saga, puisqu’il est désormais possible de renforcer certaines positions, avec tout un éventail de cochonneries ! Fil barbelé, tranchées, sacs de sable, trous de renard, obstacles antichars, échelles, reconstruction de parties de maisons… On peut même faire des fucking bonhommes de neige, mamen !

 

LES VEHICULES

Pour ce point, on reste sur du standard. La seule grande nouveauté est que l’on peut remorquer des mitrailleuses/canons et même les utiliser pendant le remorquage !

 

LES MODES DE JEU

Comparé aux précédents opus de la saga, il n’y a qu’un seul vrai nouveau mode de jeu. Pour le reste, grosso-modo, on prend les mêmes et on recommence. Car, après tout, quand le filon est bon, ce serait con de taper à côté ! Battlefield 5 propose donc les modes Conquête, Match à mort en équipe, Domination, Grandes Opérations, Airborne et Lignes de front. Le nouveau mode Airbone est donc un système d’attaque/défense avec la particularité de favoriser les troupes aéroportées. Ainsi, on va pouvoir fondre sur l’ennemi, tels des pigeons sous laxatifs. Voilà qui promet d’être intéressant !

 

LES CARTES

Il y a actuellement neuf cartes : c’est diversifié, c’est beau et en plus on peut tout casser ! On a une petite préférence pour les cartes en open field, car les cartes urbaines deviennent rapidement un joyeux bordel. Toutes les maps sont déclinées sur les différents modes, ce qui permet d’en découvrir les différents aspects et détails. Bref, on a très largement de quoi s’amuser dans un premier temps.

 

LE MODE SOLO

Je n’aurai pas un avis très objectif ici, puisque nous, on aime les petits scénarios des Battlefield ! D’autant que les personnages sont bien écrits, les doublages sont soignés et on se prend vite au jeu de vouloir à tout prix connaître la suite. Cependant, on sera tout de même tous d’accord pour affirmer que ce n’est qu’un bonus : l’achat d’un Battlefield ne se faisant clairement pas pour son mode solo. Comme dans Battlefield 1, on retrouve plusieurs protagonistes à travers plusieurs petites campagnes qui vont du nord de l’Afrique aux tréfonds de la Norvège ! Vous aurez également des petits défis à réaliser et des objets à trouver pendant ces campagnes.

 

L’AMBIANCE DU CÔTÉ DES FURIEUX

Vous pouvez retrouver les Furieux en PLS dans un trou, tous les jeudi soirs sur la Web TV Fureur !

A propos de viking violet

Il est chauve, il est barbu, il aime le fromage qui fond et la sauce à la bière ! faites lui des câlins

Laissez un commentaire

Tapez votre nom
Tapez votre email
site iternet
Tapez votre commentaire