• Aucun programme en cours de diffusion actuellement :(

» Tout le programme
Bienvenue sur Fureur.

Omerta, City of gangsters : vis ma vie dans la mafia !

Omerta, City of gangsters : vis ma vie dans la mafia !

Publié par OojolobzhoO le 18/03/2017 à 19:00

Chaque semaine, suivez Don Jolo et sa bande dans leur progression pour la conquête de la ville. L'omerta, c'est lui qui l'imposera !

Bonjour à toutes et à tous !

 

Le concept

Je commencerai demain un jeu auquel je jouerai tous les dimanches, appelé Omerta : city of gangsters (le lien pour les curieux).

 

C'est un jeu de gestion dans lequel on doit s'organiser pour mener à bien son business de mafieux. J'ai toujours été un grand fan de cet univers, et ai souvent reporté le premier article que j'écrirai (si si, ça fait longtemps que je dois en faire un, je vous assure). L'univers de ce jeu est assez riche pour avoir un background exploitable. Je me suis donc dit que rendre mes stream un peu plus « rp » pourrait être une bonne idée.

 

Voilà le topo : ce premier texte est une préquelle des parties que je jouerai en live. Je posterai chaque samedi ou dimanche matin une version romancée de ce qui a pu m'arriver dans le jeu. Si le concept vous plait je me tiendrai à vous faire un petit résumé de ce qui est arrivé durant ma session. En attendant bonne lecture, et à bientôt sur un live !

 

 

 

Si vous souhaitez vous mettre encore un peu plus dans l'ambiance, je vous suggère d'écouter ceci tout en lisant !

 

Chapitre 1

1923, la guerre est finie depuis quelques années en Europe, un climat de paix et de prospérité règne sur le globe. Et bien sûr, plein de nouveaux commerces en tout genre voient le jour.

Chez moi en Sicile, la Famille avait pour ambition de se trouver quelque chose qui paye vite et bien. On a jamais été des enfants de coeur faut dire, et travailler dans les bureaux, c'était pas vraiment notre truc. On s'était déjà fait un nom dans la protection dans le village, mais avec l'arrivée de l'alcool et des bars clandestins un peu partout dans le monde, j'avais senti qu'il y avait sûrement un petit billet supplémentaire à se faire.

 

Très vite, des rumeurs se sont propagées sur toute l'île. Le nouveau continent deviendrait la nouvelle poule aux œufs d'or, et certaines familles de chez nous enverraient des sommes astronomiques à ceux restés au pays. On gagnait bien notre vie, c'est sûr, mais Milazzo était trop petite, on ne pouvait pas se contenter d'un si petit village quand des métropoles entières n'attendaient que de se faire cueillir par nos soins.

La protection, on connaissait, les braquages, c'était pas notre fort mais on avait pas mal travaillé notre coordination pour ne plus perdre personne sur les derniers coups. Ici, pas besoin de rendre ses bars clandestins, une enveloppe bien fournie suffisait à éloigner la police de nos plates bandes. Et quand je voyais que pour le même boulot, on pouvait facilement ajouter quelques zéros au chiffre d'affaire, il ne m'avait pas fallu longtemps pour me décider à partir en Amérique.

Je voulais m'assurer un petit revenu en cas de coup dur là-bas. Il a donc fallu que j'organise un peu les gars d'ici pour qu'ils chapotent l'affaire pendant mon voyage. Ça a pris du temps, mais ils y sont arrivés. C'est la Famille après tout, ils ont ça dans le sang.

 

Je ne pouvais pas non plus partir sans avoir établi de contacts avec l'autre côté de l'océan. J'ai donc demandé aux Bartolozzi de me rencarder avec quelques gars en activité.

Il y avait cette femme qui tenait une maison close, la meilleure d'Atlantic City m'avaient-ils dit. Soit, à défaut d'établir un bon rapport commercial, j'aurais au moins de quoi me détendre. On m'avait aussi donné l'adresse d'un juif qui, contrairement à ses comparses, exerçait dans le recel d'armes et d'alcool. Ça m'a tout de suite plu, mais ils m'avaient aussi précisé que j'aurai à négocier dur pour avoir des bons prix. Aucun problème, la « négociation », c'était ma spécialité, et mon .45 réglait souvent à l'amiable les litiges qui s'éternisaient. Ils m'avaient aussi mis en relation avec un russe : « Attention, reste dans ses bonnes graces à celui-la, si t'as de l'argent à blanchir, c'est ton homme p'tit gars ». Je ne comptais pas m'arrêter aux bars, il allait me falloir des couvertures, cet homme allait forcément m'être utile une fois sur place.

 

J'avais mon business plan comme ils disent chez eux, tout était en ordre au village, une nouvelle vie commençait pour moi.

 

Après un adieu émouvant avec la mama, et une soirée comme je n'en vivrai plus avec la Famille, je rejoins le continent et prends le train qui m'emmènera en France. Le voyage est long. J'en profite pour bien mémoriser tous ces paysages que je ne reverrai sans doute pas avant un bon moment.

 

L'arrivée en France se passe sans encombre, Giacomo me retrouve sur les quais de la ville. Il me remet le fameux carnet d'adresse que j'avais préparé, pas question que je voyage avec, la police m'aurait sûrement mis au trou vu les infos qu'il contenait, je le lui avait donc posté avant de partir. Avec ceci s'en suivent quelques recommandations, une tape chaleureuse dans le dos et j'embarque.

Ça sent l'iode. Les gens disent au revoir à leurs proches, certains rient, d'autres pleurent. Il y a comme un air de vacances dans toute cette scène. Mais je sais que ça n'en sera pas.

Je pars quand même confiant, L'Amérique et Atlantic City vont apprendre à prononcer le nom de D'Angelo, j'en fait la promesse !

 

 

Le teaser, pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend !

Poster un commentaire

0 commentaires

  • Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à réagir !

Poster un commentaire

Connectez vous pour ajouter un commentaire.

Egg On School

Coaching

EntraineurPrix (€/h)
photo lolPeyJeyM Dès 6 €
photo lolMolyv Dès 13 €
photo sc2cArn- Dès 15 €
photo sc2ShaDoWn Dès 15 €
photo hsMaethandra Dès 11 €
photo hsTixuty Dès 13 €

Bloc_VG



Gunnar