The Eternal Cylinder : un survival au concept étonnant
0

The Eternal Cylinder : un survival au concept étonnant

Oct 24 Crazy  

Développé par Ace Team (Zeno Clash, Rock of Ages) et publié par Good Shepherd Entertainment (John Wick Hex), The Eternal Cylinder est un jeu vidéo orienté survival, mais étonnamment mignon, qui nous a montré tout son potentiel lors de notre session de gameplay à la Gamescom 2019.

Un concept inattendu

Imaginez… Vous êtes une petite créature horriblement mignonne et vous venez d’éclore. Quand soudain apparaît derrière vous un énorme rouleau compresseur d’une longueur infinie, qui détruit tout sur son passage…

Comme vous pouvez vous en douter, The Eternal Cylinder est un titre orienté… survival. Et non, ici, point de plateformes traîtresses et de niveaux chronométrés à la seconde près, vous êtes ici pour explorer, résoudre des énigmes pour en apprendre plus sur l’histoire de ce monde, et surtout pourvoir aux besoins de votre créature.

Créatures mignonnes et mutations

La créature que vous incarnez se nomme un Trebhum. Elle va devoir survivre dans un monde généré de façon procédurale, peuplé d’autres créatures étranges, hautes en couleurs. La trompe de notre petit Trebhum sert à saisir et aspirer des choses, et peut cracher de l’eau pour interagir avec des objets et se défendre. L’existence de ce système d’aspiration fait que l’inventaire doit se trouver… Quelque part entre ses cornets nasaux et ses bronches. Mais revenons au gameplay.

Certains objet, lorsqu’ils sont consommés, donnent de nouvelles caractéristiques à la bestiole. Elle pourra obtenir des pattes plus longues, devenir cubique, avoir un troisième œil, etc. Elles donneront des avantages certains à notre créature pour accéder à de nouvelles zones, échapper à la faune hostile… Et à ce fichu cylindre qui aplatit tout le monde. Mais il faut faire attention car certaines mutations sont mutuellement exclusives. Par exemple, si on est cubique, on n’est plus rond. Ces mutations ayant parfois de l’importance pour résoudre des énigmes, dont on parlera plus tard, il faut donc faire attention à ce que notre petit Trebhum mange. Mais pas de panique, car une autre mécanique permet de palier ce problème.

Plus on est de fous…

En avançant dans le jeu, on va pouvoir se faire des petits copains. On pourra les recruter soit sous forme d’œuf qu’on fera éclore dans des lieux particuliers, soit déjà éclos, prêts à nous rejoindre. Il sera alors possible de répartir toutes les mutations entre chacun des membres du groupe. On contrôle toujours un seul individu à la fois, cependant. Il faudra donc penser à basculer entre les différents membres en fonction des besoins. Cette contrainte est néanmoins pondérée par la présence d’un bouton « partager » permettant de faire profiter à tout le groupe de certains effets, au lieu de s’occuper de les donner un par un, en changeant à chaque fois de Trebhum.

Cours, Trebhum ! Cours !

Mais quid de ce cylindre qui écrase tout, si important, pourtant si peu évoqué jusqu’à maintenant ? Cet énorme rouleau va forcer le joueur à nomadiser constamment pour échapper à son inexorable avancée. Pour autant, le jeu n’est pas une course contre la montre pour fuir à toutes jambes ce cataclysme roulant. On pourra en effet retarder le rouleau en activant des tours. Ces tours créent alors une barrière qui stoppera net sa progression pour quelque temps. Cette accalmie nous donne l’occasion de respirer et d’explorer les lieux et d’en apprendre plus sur l’univers du jeu.

Accalmies bienvenues

En parallèle de l’aspect survie et fuite du monstrueux cylindre, il sera possible d’explorer des ruines et autres grottes, ce qui nous donnera l’occasion d’en apprendre plus sur l’histoire de ce monde et de nos mignons petits Trebhums. Visiter ces lieux permettra aussi d’acquérir de nouvelles mutations, que l’on trouvera souvent trônant sur des piédestaux et autres statues. Elles seront généralement cruciales pour avancer dans les ruines, en donnant par exemple à un des Trebhums la forme correspondant à celle du trou d’une porte, faisant de lui une véritable clé vivante

En conclusion…

The Eternal Cylinder semble être un titre original et plein de bonnes idées. La présence de ce cylindre force le joueur à s’enfoncer vers de nouvelles zones, parfois plus dangereuses, et lui demandera de gérer aussi les mutations portées par ses Trebhums. Les sources de certaines seront en effet rendues inaccessibles par l’avancée du rouleau. Espérons cependant que le procédural couplé au cylindre ne donne pas trop souvent lieu à des situations de mort programmée, où l’on serait forcé d’entrer dans une zone de mort quasi-assurée. Ceci risquerait probablement de frustrer bon nombre de joueurs.

Le jeu devrait sortir courant 2020, cela laisse encore le temps de voir ce qu’il nous réserve encore. Et il est sûr que c’est un titre à surveiller de très près.

Nos autres articles Gamescom 2019 :

Article rédigé à quatre mains, avec Shinespark

Crazy

A propos de Crazy

Rédactrice, correctrice et envoyée spéciale dans les contrées où il faut parler anglais. Grammar nazi sur les bords, fan absolue de Guild Wars 2 et fondatrice du Gragas Fan Club. Bloggue aussi sur https://chezcrazy.blogspot.com et vient de publier son premier roman !

Laissez un commentaire

Tapez votre nom
Tapez votre email
site iternet
Tapez votre commentaire